site du rйsultats du BAC marocains 2006

Résultats BAC Maroc 2006

Remarque: Pour acceder au résultat :

maroc
maroc

maroc
maroc

Les résultats du BAC marocains 2006 sont sur ces sites : http://bac.menara.co.ma/front.Aspx ou http://bac.casanet.ma/front.Aspx ou http://www.men.gov.ma/bac/

BAC : Recul du taux de réussite
Résultats définitifs de la première session : 38% de candidats sont admis et 38,17% passeront le rattrapage

C'est un peu plus du tiers des candidats ayant passé la session normale du baccalauréat qui ont pu décrocher le diplôme. Un nombre équivalent d'élèves aura droit au rattrapage. Mais les détails des résultats, par branche notamment, étaient indisponibles vendredi après-midi.

«C'est décevant !» nous ont déclaré des enseignants à la ville de Rabat. Sur un nombre total de 205.998 candidats, ce sont 78.277 qui ont réussi les épreuves du baccalauréat, soit un pourcentage de 38%, indique un communiqué du département de Habib El Malki rendu public mardi soir.

Avec la réussite de 39.673 candidates, les jeunes filles représentent 50,68% de l'ensemble des admis. Un indicateur qui dénote d'une tendance à «la féminisation» du diplôme.

Concernant les candidats libres, le nombre d'entre eux devenus «bacheliers» au titre de cette session, se chiffre à 3.541 candidats, soit 14,81% du total, alors que leur effectif est à 10,4% du total candidats.

Les épreuves de rattrapage qui auront lieu les 6-7-8 juillet 2006, verront la participation de 87.743 candidats, soit 38,17 % de l'ensemble des candidats au baccalauréat.

Qualifiés de partiels, les résultats communiqués par le MEN (Ministère de l'Education Nationale) laissent à désirer. Non seulement ils manquent d'indications selon les branches, comme il était de coutume, mais aussi selon les AREF (Académies Régionales de l'Education et de la Formation).

Interrogé par nos soins, Mohamed, Sassi directeur central des examens au MEN, explique ce manque de détails, par « l'absence de temps nécessaire à la préparation de résultats détaillés ». Pour la même raison, le point de presse prévu pour hier, afin de présenter le bilan détaillé de l'examen, a été purement annulé.

Préparés dans un contexte éducatif marqué par les infiltrations et des fuites des épreuves dans certaines villes, notamment à Meknès et à Laâyoune, ces résultats se situent en baisse par rapport à des sessions précédentes. Nombreux enseignants n'ont pas manqué d'exprimer leur désarroi et leur désapprobation. C'est «décevant!», ont-ils ainsi qualifié ces résultats.

Signalons que le système des transmissions des épreuves du baccalauréat n'est pas suffisamment sécurisé, surtout que le Ministère table sur la «bonne fois» des directeurs des 16 académies, qui restent toutefois des êtres humains et peuvent trahir la confiance, sans parler des délégués qui peuvent être tentés par le népotisme et le favoritisme.

Il faudra repenser un autre mode de transmission des épreuves complètement immunisé par rapport au système actuel qui fait la part belle aux « chanceux ».

Le système des CD transmis aux académies des 16 régions reste «un circuit très douteux et ne jouit d'aucun garde-fou contre les dérives», estime un inspecteur de l'enseignement qui connaît bien les pratiques qui peuvent prévaloir.

Quant aux résultats de cette année, ils sont globalement sévèrement jugés, par des professeurs, étant donné qu'ils sont « médiocres » et en tout cas «en recul» par rapport à l'année dernière.

Ceux-ci s'attendent à une certaine amélioration après la prochaine session de rattrapage dont les résultats seront annoncés le 16 juillet prochain.

 

Résultats définitifs de la première session : 38% de candidats sont admis et 38,17% passeront le rattrapage

C'est un peu plus du tiers des candidats ayant passé la session normale du baccalauréat qui ont pu décrocher le diplôme. Un nombre équivalent d'élèves aura droit au rattrapage. Mais les détails des résultats, par branche notamment, étaient indisponibles vendredi après-midi.

«C'est décevant !» nous ont déclaré des enseignants à la ville de Rabat. Sur un nombre total de 205.998 candidats, ce sont 78.277 qui ont réussi les épreuves du baccalauréat, soit un pourcentage de 38%, indique un communiqué du département de Habib El Malki rendu public mardi soir.

Avec la réussite de 39.673 candidates, les jeunes filles représentent 50,68% de l'ensemble des admis. Un indicateur qui dénote d'une tendance à «la féminisation» du diplôme.

Concernant les candidats libres, le nombre d'entre eux devenus «bacheliers» au titre de cette session, se chiffre à 3.541 candidats, soit 14,81% du total, alors que leur effectif est à 10,4% du total candidats.

Les épreuves de rattrapage qui auront lieu les 6-7-8 juillet 2006, verront la participation de 87.743 candidats, soit 38,17 % de l'ensemble des candidats au baccalauréat.

Qualifiés de partiels, les résultats communiqués par le MEN (Ministère de l'Education Nationale) laissent à désirer. Non seulement ils manquent d'indications selon les branches, comme il était de coutume, mais aussi selon les AREF (Académies Régionales de l'Education et de la Formation).

Interrogé par nos soins, Mohamed, Sassi directeur central des examens au MEN, explique ce manque de détails, par « l'absence de temps nécessaire à la préparation de résultats détaillés ». Pour la même raison, le point de presse prévu pour hier, afin de présenter le bilan détaillé de l'examen, a été purement annulé.

Préparés dans un contexte éducatif marqué par les infiltrations et des fuites des épreuves dans certaines villes, notamment à Meknès et à Laâyoune, ces résultats se situent en baisse par rapport à des sessions précédentes. Nombreux enseignants n'ont pas manqué d'exprimer leur désarroi et leur désapprobation. C'est «décevant!», ont-ils ainsi qualifié ces résultats.

Signalons que le système des transmissions des épreuves du baccalauréat n'est pas suffisamment sécurisé, surtout que le Ministère table sur la «bonne fois» des directeurs des 16 académies, qui restent toutefois des êtres humains et peuvent trahir la confiance, sans parler des délégués qui peuvent être tentés par le népotisme et le favoritisme.

Il faudra repenser un autre mode de transmission des épreuves complètement immunisé par rapport au système actuel qui fait la part belle aux « chanceux ».

Le système des CD transmis aux académies des 16 régions reste «un circuit très douteux et ne jouit d'aucun garde-fou contre les dérives», estime un inspecteur de l'enseignement qui connaît bien les pratiques qui peuvent prévaloir.

Quant aux résultats de cette année, ils sont globalement sévèrement jugés, par des professeurs, étant donné qu'ils sont « médiocres » et en tout cas «en recul» par rapport à l'année dernière.

Ceux-ci s'attendent à une certaine amélioration après la prochaine session de rattrapage dont les résultats seront annoncés le 16 juillet prochain.